Ceci est une première expérience. Et je n'ai déjà pas trouvé de titre.

14 mai 2020

J’ai commencé cet article, sans un plan précis. Donc il sera peut être long, ou pas ou peut être ennuyeux. Je tenais juste à écrire comme ça vient. Sans prise de tête. Je vous aurais prévenu. :) 


Avant de me lancer dans cette aventure, j’ai écumé beaucoup de blogs espérant tomber sur une ou deux qui abordent l'art visuel comme je le perçois. En tant que professionnel de l’art (Apparemment c’est l’expression adéquate qui décrit ma profession), je suis constamment à la recherche de la meilleure façon d’attirer l’attention de gens. Et étant donné que mon carnet d’adresses n’est pas aussi fortuné que ça, je procrastine au max, j'apprend beaucoup, je n'applique pas beaucoup. Pourquoi ? La peur de tout foirer, de ne pas être assez intéressant, bref en bon perfectionniste, la procrastination est devenue ma fidèle amie. Et avec Corona dehors, je suis de moins en moins lent à l’action depuis 3 mois. Comme tout ceux qui sont un peu comme moi, je sais plus moins ce qu'il faut faire, mais je trouve toujours la bonne excuse pour ne pas le faire. Bon bref assez tourné. Allons à l'essentiel avant que je ne vous soûle.

De façon basique, je vends des œuvres d’art. En tout cas, c’est que je dis tout le temps quand je ne veux pas trop parler. Je me suis donné pour mission de démocratiser l'art en la rendant plus accessible. Que ce soit pour les artistes, au petit réseau de collectionneurs que je construis, mon travail est de permettre aux uns de vivre de leur art en écoulant leurs créations. Alors il y a 4 ans, j'ai fondé ATILEBART, une entreprise spécialisée dans la promotion de l'art africain contemporain et ses acteurs. Bon, on va dire que nous faisons de l'ingénierie culturelle. Je pense qu'on peut faire tellement de chose avec l'art. L'art contemporain africain a tellement de beaux jours devant lui (Je pense que reviendrai sur son potentiel dans un article à part entière.)


Le plus grand constat que j’ai fait sur les gens qui écrivent des choses dans le secteur c’est que ça tripe beaucoup sur les théories, sur l’histoire de l’art et les techniques de peinture. Évidement ça aurait été intéressant si le public visé est constitué d’artistes. Mais il s’agit de faire de l’argent, de vendre des œuvres. Et cette ligne édito ne cadre pas tout a fait avec le profil des acheteurs.

Ce blog est surtout une expérience pour moi. Je parlerai d’un peu de tout et de rien. Entre autres ma petite expérience et ma vision des arts visuels en tant que professionnel et parfois en tant qu’artiste. Il va surtout héberger ce que je ne pourrai pas dire ATILEBART.com Et comme je disais, c’est la première fois que j’écris vraiment quelque chose de personnel en utilisant la première personne du singulier sur un sujet qui me passionne. Alors j’apprécierai énormément les échanges et vos conseils. Le but est de déjà partager à ceux que cela intéresserait et d’en apprendre aussi.

Dans mon prochain article, je parlerai des mythes autour de l'art en ligne. Cela concernera beaucoup plus les idées reçues que j'ai entendu à propos de la vente de l'art en ligne. Je préfère l'annoncer déjà ici afin de ne plus avoir la flemme de me défiler. 


Allez Ciao

Partager :